Rechercher

Le portrait

Mis à jour : 26 mars 2019


Il y a trois manières de faire un portrait photographique. Soit on demande à quelqu’un d’exprimer un sentiment, d’adopter une attitude, comme dans la publicité ou au cinéma ; soit on cherche à saisir un sentiment ou une attitude naturelle, à figer une action ou une réaction, à révéler un tempérament ou une personnalité, les personnes photographiées pouvant poser ou être en mouvement, être de face ou de dos ; soit on veut juste montrer une ou plusieurs personnes à un moment précis, et généralement en un lieu donné, comme c'est le cas, par exemple, pour les photographies de famille ou de vacances.

Il y a donc celui qui photographie un aspect voulu, déterminé à l’avance ; celui qui, tout en photographiant la forme, cherche plus ou moins à photographier le fond, et celui qui simplement – c'est le cas le plus courant – photographie formellement.

Les peintres classiques étaient en quelque sorte des photographes, à ceci près que contrairement à ces derniers munis d’un appareil photographique, ils devaient fabriquer eux-mêmes leurs "photographies". On peut donc dire qu’ils étaient le photographe, et l’appareil photographique.

Certains portraits réalisés par de grands peintres laissent voir la personnalité de ceux ayant posé, et peuvent par conséquent être considérés comme des représentations humaines plus fidèles que certains portraits photographiques. En effet, on pourrait dire qu’un appareil photographique réalise un portrait pouvant être considéré comme un double parfait en deux dimensions des personnes photographiées, sauf que certains portraits, en fonction des conditions de prise de vue, peuvent être déformants, atténuer à l’excès ou exagérer certains traits physiques ; en résumé ne pas représenter fidèlement les personnes photographiées.

Il peut ne pas non plus représenter fidèlement leur personnalité. Par exemple, une personne prétentieuse, photographiée à un certain moment, peut avoir l’air simple et modeste. Une autre au caractère doux, photographiée au mauvais moment, peut sembler agressive. Une autre encore, naturellement joyeuse et aimable durant tout le temps que l’on aura passé avec elle, photographiée également au mauvais moment, pourra avoir l’air triste et déprimée.

Cela dit, si les photographies de ce type font passer des personnes pour ce qu’elles ne sont pas, dans quelques cas, elles peuvent être à l’inverse révélatrices de ce que certaines autre personnes cherchent à ne pas montrer d’elles.

L’avantage du peintre est qu’il passe généralement plus de temps que le photographe avec la personne dont il fait le portrait. Il a donc le loisir, pendant le temps plus ou moins long qui lui est donné, et pendant que sa main travaille, d’observer le visage de son modèle, sa morphologie, ses expressions, son attitude en fonction des circonstances et de son humeur, de voir en somme apparaître les différents aspects de sa personnalité. L’ensemble de ces informations l’influencera pour exécuter le portrait. L’image finale qu’il produira sera en quelque sorte la synthèse d’un ensemble de sous-images.

À la différence du photographe, le peintre dispose de bien plus qu’un temps d’exposition d’une fraction de seconde. Le photographe lui ne fait que capturer un instant, ce qui dans certains cas peut être un inconvénient comme je l’ai montré, mais dans d’autres un avantage, lorsque c’est un moment précis qu’il veut figer.

En conclusion, il semble préférable pour un photographe, si il souhaite que ses portraits ne soient pas déformants ou trompeurs mais représentatifs, de réfléchir en partie comme un peintre.

57 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now